Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En avoir plein le dos !

Cette expression bien qu'anodine est flagrante de ce mal du siècle ! Mais au fait de quel siècle parle-t-on ? Car il me semble qu'on en parlait au siècle dernier... Le 21è siècle n'est donc pas plus favorable pour nos pauvres lombaires ou cervicales. Déjà un nouvel ennemie :  les nouvelles technologies ! Nous serions de plus en plus sédentaires...non sans rire : utilisant de plus en plus les moyens de transport mécanique plutôt que la marche ou le vélo. Les écolos seraient ravis, les claustrophobes du métro parisien aussi, c'est pourquoi la réponse de certains élus aux grèves ont été : le co-voiturage et les vélib'. Plus sérieusement, revenons à notre sujet principal : le mal de dos. Pourquoi cet article ? Eh bien parce que j'en ai assez d'entendre mon médecin traitement me balancer à chaque fois qu'il me voit pour mes angines à chaque changement de saison, et de lui répéter mes maux de dos chroniques, me dire  : "faites du sport, vous êtes trop sédentaire, pour être en bonne santé, pour le mal de dos : éviter le stress ou changer de métier !". Ben tiens ! 

"Faites du sport" : alors oui c'est vrai qu'on nous râbache à chaque spot de pub "manger/bouger" et l'idéal ce serait 10min par jour. Ok moi je veux bien, mais va caser les 10min super précieuses quand on est jeune maman, on a un millier de trucs à faire quand on n'est pas affairé auprès de bébé. Alors n'en parlons pas quand on doit les caser quand on bosse ! Ou alors emmener ma fille en footing avec la poussette à la crèche peut-être ? Euh, la mienne est trop près, j'arriverais en 2mn, bon on va troquer ça en marche rapide alors.

"vous êtes trop sédentaire" : alors oui j'utilise ma voiture pour aller travailler, et je reste coincée comme une sardine dedans pendant 2h en moyenne par jour. Ah non pas tout à fait, je force à mort sur la pédale d'embayage au moins 200 fois par jour avec les bouchons. Si si, on fait du sport : du mollet gauche !

"Pour être en bonne santé éviter le stress" : celui qui dit ça la 1ere fois est un homme machiste qui ne s'est jamais mis dans la tête d'une femme, ou d'une maman qui plus est. Les hommes ont souvent cette capacité à laisser courir. Il faut dire qu'ils ont de l'entrainement depuis leur tendre enfance lorsque leurs mamans leur disaient "range ta chambre", puis leurs profs dans les appréciations "peut mieux faire", et enfin leurs nanas "chériiii n'oublie pas le pain en rentrant". L'homme ne cherche pas à faire plaisir, il agit quand cela lui semble nécessaire, donc par définition il stresse moins que la femme CQFD. Car il pense :

1/ ce n'est pas la fin du monde si ma chambre est en bordel (quand je ne pourrai plus retrouver mes jeux de playstation, je la rangerai !)

2/ je bosserai VRAIMENT quand je saurai VRAIMENT ce que je veux faire (faut juste passer le stade de la puberté...c'est à dire 20 ans selon certains scientifiques)

3/ si j'oublie le pain c'est parce qu'il y a plein d'autres trucs à manger à la maison (bières, pizzas, chips..que de l'essentiel en cas de match de foot quoi !)

"Ou changer de métier" : ah oui c'est une idée ça, changer de métier en pleine période de crise d'emplois, faudrait pas penser non plus penser à démissionner car là on se rajoute une couche de stress supplémentaire ! 

Vous l'aurez compris le stress est un facteur agravant du mal de dos. J'avoue que le stress je l'ai bien cumulé ces 2 dernières années : parcours PMA, FIV, grossesse, décès de mon père, bébé de petit poids,  pré-éclampsie + césarienne, déménagement, reprise de boulot sur les chapeaux de roue, recherche de nounous, course à la crèche, 1ers rhumes et gastro de bébé... Hum...réfléchissons oui c'est normal d'en avoir plein le dos ! A force d'entendre que mon mal de dos était somatique (mes bilans sanguins étaient bons), j'y ai cru, j'ai tenté de reprendre confiance en moi, perdre du poids, refaire du sport pendant mon congé parental, prendre soin de moi, aller me faire soulager chez le kiné, chez l'ostéo, ... Ben non toujours pas ! Le mal reste bien là... Et un "beau jour" il m'a "parlé" !!!

Episode 1 : Maison de garde + visite aux urgences : Ouille ouille ouille, je marche comme une petite vieille courbée, aïe aïe, aïe Doudou va me chercher ma bouillotte ! Oh la la la, je ne peux plus me lever de mon lit !!! Doudou n'en peut plus, il appelle pour moi le 15, je vais à la maison de garde. Tiens je découvre ce que c'est ! C'est un médecin de garde qui tient la garde sur place, et qui désencombre ainsi les urgences... Pas bête ! Et on n'attend pas longtemps. Enfin sauf que moi j'y suis restée 2h !!! Les autres derrière moi ont du vachement patienter... Car j'ai fait une chute de tension, à chaque fois que je toussais, cela me lançait dans le dos (un peu comme une infection urinaire puissance 10 pour ceux qui connaissent). Bref sur l'échelle de 1 à 10 j'ai du aux ambulanciers qui m'emmenaient aux urgences : 12 j'ai crié ! Je découvre les urgences du coin, ah tiens un hôpital cela faisait longtemps ! On me fait une prise de sang, on me perfuse, on me soulage, on m'examine, on me fait une écho des ovaires. Non je ne suis pas enceinte, non je n'ai pas de kyste, j'ai un lumbago, je dois faire une IRM. Arrêt pour 1 semaine, j'ai une batterie d'anti-douleurs et décontractants musculaires et je dois revoir mon médecin traitant. 

Episode 2 :1ere prise de l'antalgique ++ : oh la vache, je suis comme bourrée ! La tête tourne, j'ai des vertiges, des nausées, c'est pire que la douleur au dos. J'appelle mon doc : "c'est normal les effets s'estompent au bout de quelques jours !" Hein ??? Quoi ??? il y a des masos qui tiennent plusieurs jours ? Ben non moi je stoppe net le traitement et je prends rv pour le voir. Le lendemain je vois ma nouvelle ostéo à côté de chez moi, très sympa, qui me soulage, puis je vois mon kiné, qui lui aussi m'aide à tenir le choc. Ah oui j'ai sorti l'artillerie des alternatifs aux médocs.... Pas de surprise mon médecin me prolonge mon arrêt et me file en plus des anti-dépresseurs ! Car je ne tourne vraiment pas rond, il me dit tout net : "vous êtes en dépression là !". Je ne veux pas me battre, dans mon état de faiblesse, j'aquiesce. Je le revois la semaine d'après avec les résultats de l'IRM.

Episode 3 : 1ere prise d'anti-dépresseur : oh la vache (bis), je suis comme qui dirait angoissée, anxieuse, déprimée, fatiguée, insomniaque...(cochez toutes les cases). En gros j'ai l'impression de me taper tous les effets secondaires. Des amies qui sont passées par là me disent :"tiens bon ça va passer!". Je tiens bon. Je sais qu'il faut plusieurs semaines pour que cela fasse effet. Mais en attendant c'est l'horreur, je commence à flipper et si on me vire avec tous mes arrêts de travail depuis ma reprise ? Comment je fais ? Le temps passe, j'essaye de me détendre mais j'ai envie de rien faire. Même pas envie de faire du shopping sur le net !!! L'heure est grâve ! 

Episode 4 : IRM des lombaires : j'avais peur de trop attendre assise, non ça va, cela se passe plutôt bien, je rencontre le radiologue, and the winneur is : C'est une hernie discale, vous avez une sciatique madame ! Alors première réaction : ouf ce n'est pas somatique, je ne suis pas dingue ! Deuxième effet kiss-cool : euh est-ce que c'est grâve ? quelle est la suite ? "Allez voir votre médecin traitant, mais on n'opère plus les hernies maintenant, vous aurez des anti-inflammatoires (oups je suis peut-être allergique, j'y ai pas droit), ou des antalgiques (oups je ne les supporte pas trop ceux là) mais vous devrez voir un rhumatologue de toute façon (ah tiens un nouveau sépcialiste du corps médical que je n'ai pas encore rencontré...je les cumule moi !)." 

 

Me revoilà ce matin chez mon médecin traitant, avec mes résultats, ma déprime, et mon hernie. J'en ai marre, et lui tente de me rassurer : dans quelques semaines vous pourrez sauter en parachute ! Pour les anti-inflammatoires (AD), il faut encore attendre pour voir si on augmente la dose. Doudou me dit que maintenant que je sais ce que j'ai, je devrais être plus zen et ne plus culpabiliser. Car oui je culpabilise de ne pas pouvoir reprendre dans de bonnes conditions le chemin du travail ! Il y a plein de mamans qui y arrivent alors pourquoi pas moi ? Ou alors elles le taisent et n'en parlent pas. Quand je discute avec quelques unes de mes amies sur la prise d'AD, je réalise que plein de monde en prend...Bon ok on sait que la France est championne dans cette catégorie, mais je ne m'en rendais pas compte. Voilà à 37 ans, je ne fais pas exception. Donc mon doc me prolonge mon arrêt d'1 mois. J'ai pris rendez-vous chez un rhumatologue (rien avant mi-décembre !!!), et je vois la semaine prochaine une posturologue sur les conseils de mon ostéo. En attendant je vadrouille sur le net pour trouver des idées pour soulager mon dos. Ma bouillotte est devenue ma meilleure amie !

      http://sante-guerir.notrefamille.com/v2/services-sante/article-sante.asp?id_guerir=12006

Plume 30/10/2012 17:23

C'est vrai que la sciatique c'est très douloureux et invalidant. Mon père en a fait une avec opération de son hernie discale. Maintenant ils n'opèrent plus pour ça. Pas efficace face au coût.
Effectivement tu as eu une année difficile et chargée et ton corps te le fais payer.
J'espère que très vite tout rentrera dans l'ordre !