Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un nouvel arrivant dans la maison : bienvenue à notre Betta Arc-En-Ciel

Ouh la la que le temps passe et je n'écris plus rien depuis un bout de temps. Quoi de neuf depuis ? Eh bien, on a fait définitivement le deuil de notre oisillon n°2 et vendu sur le bon coin tout notre matériel de puériculture : poussette, sac à dos, baignoire, chaise haute, chancelière , siège auto etc... Bref tous les objets dont je vous ai vanté tant de mérite, zhou on a fait le vide. C'est avec beaucoup de nostalgie que nous nous sommes délesté de ce qui aurait pu servir à notre BB2 tant désiré. Mais c'est ainsi... 

Alors pour tourner la page et aussi parce que l'oisillon me posait la question sans cesse "et pourquoi je n'ai pas de petit frère ou de petite soeur" (pour faire comme les copines en gros!). J'ai donc travaillé au corps Doudou pour poser LA question d'un animal de compagnie ... 

J'avais fait une pré-étude, sur le chien, le chat, le poisson, le hamster, la tortue etc...il y a de cela quelques mois déjà. Et le we dernier, oooooh contre toute attente, Doudou me lance "Ok je me suis renseigné sur la question d'un "petit compagnon" pour notre fille, et je suis chaud pour aller acheter un poisson !" Hein ??? Quoi ??? Comment ça ??? 

Et là, il me balance en super papa investi de sa mission : "donc ce sera un poisson, Combattant (sur les conseils de ses collègues!), c'est très simple à prendre soin, ça prend pas de place ..." Okaaaaay. Sur le coup, je suis un peu sonné. Nous y voilà, on part chez Truffaut, et arrivés sur place c'est l'opération spéciale "Chasse aux oeufs" dans le magasin. Je ne tiens plus l'oisillon avide de chercher les oeufs dans les rayons. Du coup le Doudou file au coin animalerie pour se renseigner auprès d'un vendeur et préparer le terrain. 

Une fois la chasse finie, je le retrouve et annonce la surprise à ma fille qui s'écrit "Ooooooh supermaganérialchouette !" (C'est son cri de guerre du moment qu'elle nous sort à toutes les sauces quand elle est contente ). Allez c'est parti : aquarium 2/3L (euh c'est pas un peu petit?), déco intérieure avec gravillon (rose?! choix girly), un petite pagode (côté zen de maman), et une figure némo avec son papa (choix référence disney) et une plante en plastique (choix du papa pour ne pas avoir à galérer pour l'entretien de l'aquarium), de la bouffe pour poisson en granules, une épuisette pour l'attraper quand on devra nettoyer l'aquarium et... le betta splendens - c'est son pédigree ! 

Très vite, j'oriente l'oisillon dans son choix de façon instinctive, l'un d'eux me fait de l'oeil et semble réagir quand on se dirige vers lui. Doudou se la joue grand seigneur " ce sera celui là monsieur de le vendeur". lol

"Viiiiiiite, viiiiite maman faut choisir un nom ?!" Ah oui c'est vrai, et là comme il est multi-couleur, je propose "Arc-en-Ciel'. Adopté, l'oisillon est fan, surtout que nous avons lu dernièrement un livre prêté par la bibliothèque de l'école (que je vous conseille par ailleurs dont le message principale est la générosité et le partage) portant le même et raconte les aventures d'un poisson avec des écarts scintillantes. 

Zhou, on rentre à la maison, on prépare "sa" maison. C'est un opération en famille. On fait attention de bien garder l'eau du poisson de l'animalerie, on le complète de notre eau du robinet (eau fraiche qu'il a dit le monsieur). Euh, moi dubitative, c'est un poisson tropicale, il a besoin d'eau à 24-26°c, dans la maison, il fait 19°C, il n'y a pas de chauffage dans l'aquarium... Et là, une fois le poisson dans sa maison, ben, il est statique, je bouge pas, et reste au fond... 

Mon instinct de maman s'active : "est-ce qu'il est bien là ?" Doudou me sort (mais oui t'inquiète il va s'acclimater"... On ne le nourrit pas le 1er jour sur les conseils du monsieur de l'animalerie. Le lendemain, l'oisillon trop contente veut lui donner à manger. 3 granules matin et soir qu'il a dit le monsieur (euh ça me paraît peu ça). C'est tout un jeu d'adresse, ce sont des micro-billes à choper avec une nano-cuillère. Arc-en-ciel se jette dessus, il avait l'air affamé et à nouveau se remet au fond sans bouger. C'est alors que je me jette sur internet (google est mon ami), et là je confirme, il a froid, je monte à fond le radiateur de la salle de bain (là on l'avait installé). Doudou me prend pour une folle ! Et le lendemain ... il va mieux, il bouge, et tout contant de nous voir, sauf qu'il ne peut pas trop nager : la plante plastique l'en empèche. Zhou je vire la plante, et je décrète qu'il lui faut plus de place ! Je saoule Doudou de toutes mes connaissance sur le bien-être des Combattants et au final, il finit de guerre lasse à regarder sur le bon coin un aquarium plus grand mais m'impose une taille raisonnable. Ok d'accord ! Mais avec chauffage... 

Et voilà, notre bel Arc-En-Ciel avec un belle maison, de 15L avec chauffage. Il est bien dorloté il a multiplié son habitat par 3 en moins d'une semaine. J'avoue que je suis devenu fan de notre petit poisson ! Je joue avec lui, et l'apprivoise avec une paille et sa nourriture, et je montre à l'oisillon comment faire. Je regarde chaque jour si son nid à bulles grossit (il paraît que c'est signe qu'il est bien), et qu'il ne présente pas de signe de maladie. Bref comme une bonne maman quoi !

Prochaine étape, lui mettre finalement quelques plantes (des vraies) pour qu'il puisse s'amuser un peu à se cacher et se reposer dessus...

Il paraît que si on prend soin de ses poissons ils peuvent vivre jusqu'à 8 ans... On verra bien. Ce qui est sûr c'est que changer l'eau de l'aquarium toutes les semaines c'est moins contraignant qu'une litière pour chat ou de sortir son chien. Mais ça demande bien sûr un minimum d'investissement. Pour le moment c'est bien sûr moi et doudou qui nous occupons de notre poisson, mais cela apprend un minimum de responsabilité à notre fille. Cela la responsabilise. Sauf que mademoiselle oisillon n'est pas bête. Un jour elle me demande : combien de temps un poisson peut vivre sans manger et moi je répète machinalement ce que j'ai lu "jusqu'à 2 semaines". Et le lendemain, je lui rappelle qu'elle doit être nourrir son poisson, sinon il ne va pas grandir voire mourir. 'Maaaais euuuuh, tu m'as dit qu'il peut vivre 14 dodos sans manger!!!" Aaaah ? 1/ Ma fille a bonne mémoire, 2/sait parfaitement qu'1 semaine fait 7 jours et en plus sait multiplier ! Le temps passe et je suis maman d'une fille de 5 ans et demi ... et d'un poisson Betta !

Voir les commentaires

Démarrer au golf

Démarrer au golf

Si on m'avait dit un jour que moi, l'hirondelle zébulon que je ferai du golf et que j'aimerai ça, il y a 10 ans, je ne l'aurait pas cru.

Car c'est ma nouvelle lubie du moment. J'ai déjà fait du mini-golf ou golf miniature, des initiations au golf au club Med, mais j'ai été un peu échaudé par un épisode malheureux où mon club s'est retrouvé malencontreusement dans la figure d'un copain qui avait eu la (mauvaise idée) de se mettre trop près de moi.

Donc non, l'hirondelle-la brute s'est arrêté là. Et puis, le temps a passé, j'ai fait une initiation lors d'un séminaire avec mon cabinet et avec un "bon" prof" qui donne confiance et qui encourage à bien se positionner cela va mieux. On découvre que le practice c'est finalement sympa, qu'il y a pas mal de technique à intégrer mais que très rapidement on peut faire des progrès visibles. J'aime l'esprit du golf qui veut de la régularité et de la précision. Mais si on rate ce n'est pas grave, on ne reste pas sur un échec et on recommence. On est heureux quand on a dans notre jargon de consultant un "quick-win". Kesako ? Un succès rapide, c'est bon pour le moral et pour la confiance en soi.

Je me suis laissée tenté donc par une initiation dans un golf à 5min de chez moi. J'ai embarqué avec moi une copine maman de 3 enfants (la femme du meilleur ami de doudou qui a offert R2D2 en peluche à l'oisillon pour son 1er noël (cf un de mes premiers articles) qui a encore plus besoin que moi d'avoir un moment pour soi.

Car c'est un moment avec soi, on est avec son club, sa balle et son objectif personnel.

Mais revenons sur l'initiation, elle a eu lieu dans un club "9 trous" pour les débutants c'est idéal. En général, vous ne trouverez pas de gens "prétentieux" là pour se montrer mais plutôt une ambiance familiale pour apprendre, progresser et s'entraîner en tout humilité.

Vous trouverez ci-joint le lien vers le club de golf de Buc :

http://www.ngf-golf.com/dailygolf-buc/le-golf/presentation/

Pour l'initiation rien de plus simple, il y en a des gratuites généralement au printemps au mois d'avril de mémoire et en septembre. On appelle ou on s'inscrit sur internet sur des créneaux. Cela dure 2h, avec y compris une présentation du golf et de son fonctionnement, puis vient l'initiation proprement dite. Là c'était le directeur en personne qui nous accueille, tout à fait charmant et pro, qui répond à toutes nos questions. On démarre par le practice (l'endroit où l'on s'entraîne donc), on a un club, 1 tee, 1 panier de balles et zhou on se lance. Enfin on essaye d'envoyer la balle avec le club. Il nous observe, il nous corrige, on voit que ça marche mieux, c'est top ! J'apprends au passage que je suis droitière au golf, car après avoir essayé plein de fois du côté gauche, je suis plus précise du côté droit ! Test pour vérifier mon côté ambidextre, il me lance une balle de golf et je la récupère des 2 mains...

Ensuite, après avoir vidé notre seau, on passe sur un parcours à 3 trous qui permet de nous exercer au petit jeu, à savoir se rapprocher le plus de la zone où il y a le trou et donc de savoir doser notre lancer (car au practice on a tendance à vouloir envoyer loin). L'avantage est que même si on ne vise pas bien, comme il y a des pentes de chaque côté la balle fini par être à peu près dans l'axe du trou.

Puis on va faire du Putting, ce qui est en gros, le mini-golf au plus près du trou. C'est une zone avec plusieurs petits drapeaux et donc des trous situés sur des zones plus ou moins planes ce qui corse un peu la chose. Car il ne faut plus taper fort, mais accompagner la balle jusqu'au trou en pensant à sa posture par rapport au terrain plus ou moins "accidenté".

Bref, c'est un peu difficile à décrire par écrit, mais j'ai trouvé sur un site quelques vidéos tutorielles qui permettent de facilement comprendre la bonne posture pour faire des progrès assez vite.

http://www.coursdegolf.net/

Phénomène assez étrange après avoir vu les différentes vidéos, cela devient vite addictifs de voir les différents tutoriels pour s'améliorer.

L'initiation nous a bien emballée et le directeur nous propose une offre découverte (car l'air de rien c'est un investissement de départ et un sport qui nécessite des cours et de l'entrainement régulier).

  • Licence 57 euros par an
  • Abonnement de 69euros/mois comprenant l'accès au golf et pratice et 1 par cours/jour, avec passage d'une carte de verte pour pouvoir avoir le "permis" d'aller sur tous les greens après un certain nombre de cours pour avoir la "bonne" attitude sur les parcours.
  • Gant : 18 euros
  • Chaussures : 70 euros
  • Série débutants 120 euros
  • Et pour les fashionistas la tenue qui va avec été/hiver !

Bref avant tout ça, il y a une offre appelée "Top départ", 3 mois, avec 8 cours, 20 seaux de balles, prêt de matériel et accès au pratice, putting green, parcours 3 trous illimités.

Avec le prof on aura le droit d'aller au 9 trous. Pour la modique somme de 60 euros/mois.

Pas besoin de licence pour démarrer. Bon très vite, il faut compléter sa carte de seaux de balle (que l'on prend auprès d'un distributeur: 32 balles ça paraît beaucoup mais ça file vite).

J'ai donc testé cette formule. 1er cours de swing : et là un prof très sérieux et pro qui nous indique très vite les choses à corriger pour assurer son lancé et sa trajectoire. Je suis plutôt contente, finalement au bout d'un cours + 1h de practice ma balle va à peu près là je pense la mettre. 4 seaux de balles y sont passées. Et l'air de rien ça fatigue un peu quand on démarre. Il paraît que c'est normal et qu'il faut persévérer. On force sur les bras, les poignets au début, on est un peu tendu, mais ça va aller de mieux en mieux m'assure-t-on.

Contrairement à ce qu'on peut penser, cela ne fait pas mal au dos, si on garde la bonne posture, à savoir tourner avec l'axe de sa colonne vertébrale, se tenir droit et pivoter ses épaules en même temps que son bassin. LA révélation !

Ma conclusion : le golf est un super moyen de ne penser à rien d'autre ! Exit le boulot, doudou, l'oisillon, le ménage, les courses etc... juste moi, mon club et ma balle !

Voir les commentaires

Changement de morphologie après sa grossesse

Cela fait un moment que je pensais écrire cet article. Car je n'ai pas trouvé beaucoup de témoignage sur le sujet. Oui, on sait que notre corps change pendant la grossesse avec tous ses maux plus ou moins supportés. Mais une fois que bébé est là, où même bien des années plus tard, je m'interroge sur comment m'habiller et me trouver belle en jeune maman.

Pendant mon congé parental, j'ai découvert le replay et l'émission nouveau look pour une nouvelle vie. Et j'avoue je les passais en boucle et pleurant d'émotion avec les personnes en quête d'identité et de confiance en soi. On a ce décalage parfois inconscient entre ce qu'on pense être, ce que pense les autres de soi et ce que l'on est. Et le bonheur et la sérénité s'acquièrent quand les 3 sont en phases.

Petit retour flash back sur ma biographie morphologique car pour se sentir bien dans ses vêtements et donc belle, il faut connaître sa morphologie : c'est Cristina qui le dit !

Au début, j'étais une ancienne maigre : j'ai eu le petit nom "sympathique" de moustique squelettique (ah les enfants sont charmants et inventifs !). Dans les années 80's ça n'existait pas les tenues pour les personnes menues : donc à moi les joies des jeans et pulls trop grands, la taille 34 n'était pas une norme de taille ! Adolescente, chercher un soutien-gorge en 80A relevait du défi ! Donc j'étais complexée par une poitrine inexistante. Des jambes trop maigres et cagneuses. Etre en maillot de bain, c'était une torture car on voyait les os de mes hanches et mes côtes même en maillot 1 pièce ! Bref, je n'ai jamais aimé trop ce corps.

Et puis est arrivée Kate Moss, oooooh elle a les mêmes mensurations que moi et elle est mannequin ! La brindille 1m68, 48kg, 85A comme moi (à l'époque). Il y a eu l'arrivée des soutien-gorge push-up, la mode était aux personnes minces ! Yes ... les années 90's-2000, je me sentais enfin bien dans ma peau. J'ai trouvé l'astuce pour me remplumer de faire du sport : Volley, roller, catamaran, ski. J'acceptais mon corps, mes formes, ma taille 38, mes 55kg, mes jambes musclés. Progressivement, ma taille de soutien-gorge est devenu mon indicateur de changement de poids (enfin ça et le fait d'avoir de plus ou moins de mal à fermer le bouton de mon jean). Et avec le sport, je suis passé à 90B. Et j'ai gardé durant plusieurs années cette taille... Ma morphologie était un H qui est passé de H fin à H musclé.

Ensuite est arrivé Doudou, aaaah l'amour, on prend du poids ou alors c'est le passage à la trentaine, la fin des sorties tardives, moins de sport (ah oui aussi...), ma balance a fini par flirter avec les 60kg et la poitrine 95B au début de ma grossesse et taille 40. Bon ok là les hanches se sont élargies, j'étais devenu un A rond !

Après l'arrivée de l'oisillon, phénomène inattendue j'ai retrouvé un taille 38 mais avec un petit bidon. Petit tour vers le magasin de lingerie car je ne me sentais pas bien dans mes sous-vêtements, et la vendeuse m'annonce : "mais madame vous faites un 85C !" Allons bon... la CB chauffe, et je réalise que les vêtements d'avant ma grossesse pourtant en taille 38-40 ne me vont plus car...ma morphologie a changé !

Plus de poitrine, plus de ventre, plus de hanches, plus maman quoi ! Je me suis mis alors à acheter tailles M-L / 42, à choisir des top en col V, des pantalons plus fluides... Bref j'ai du changer mes habitudes vestimentaires.

Alors, j'ai essayé d'appliquer le parfait manuel du bon choix de vêtement adaptée à la bonne morphologie mais quand on change tous les 3-4 ans de poids, il y a de quoi être perdue. Mais bon, j'ai fini par accepter aussi, que la mode aussi change tous les 3-4 ans donc pas besoin de culpabiliser.

J'ai fait le point dans mon dressing, et il est vrai que les basiques et vêtements dans lesquels on se sent bien traversent le temps. J'ai une robe d'été moulante achetée à mes 18 ans qui me va toujours enfin que c'est ce que je croyais, jusqu'à la fille de la cousine de Doudou me balance l'été dernier : "tu attends un bébé dans ton ventre!" ? Le déclic ! La vérité sort de la bouche des enfants, j'arrête les robes moulantes tant que je n'ai pas un ventre plat...Bon autant dire, que cela ne risque pas d'arriver sauf à fréquenter le salles de façon intensive.

Mais on peut mettre un robe près du corps, mais il faut choisir la couleur, la forme ET la longueur. Car les robes que je mettais à mes 20 ou 30 ans, ne font pas le même effet quand on en a 40 !

Accepter le changement de morphologie, son âge, et son statut de maman, ça fait beaucoup.

Pour résumer j'ai erré depuis la naissance de l'oisillon sur la connaissance de ce qui ma va et de ce qui ne me va pas. C'est là que le regard de copines compte quand on fait du shopping ! C'est un petit luxe qui se perd je trouve. Quoi ??? Abandonner doudou, l'oisillon, toutes les obligations de gestion de la maison et bosser moins au boulot pour penser à soi ? Eh oui, on touche le point sensible. Un bon équilibre de vie et se sentir bien dans son corps et dans sa tête c'est de redevenir un peu égoïste. Si vous l'oubliez votre corps vous le dira : mal au dos (en avoir plein de dos), être ballonnée (tout me gonfle), maux de tête (ça me prend la tête), mal aux genoux (je ne veux plus céder), mal aux pieds (ils me cassent les pieds) etc...

Le premier pas est d'accepter qu'on ne peut pas revenir en arrière, que les choses ont évolué et que ce n'est pas un mal par rapport à la vie d'avant. Laisser derrière soi nos vieux vêtements nous permettent d'aller de l'avant.

On peut être belle en prenant le temps de bien choisir ce qui nous va.

Voici un lien vers un blog qui m'a bluffé et que je vous invite à visiter.

http://www.aliceetsandra.com/archives/mode___relooking/index.html

Voir les commentaires

Un WE en Normandie en famille idéal

Un WE en Normandie en famille idéal

2 fois par an (en mars et septembre), nous avons une petit rituel : c'est de nous retrouver avec l'oisillon en WE en Normandie, avec la famille recomposée que nous formons, avec l'ami de ma mère, qui a 2 fils, 1 fille, son conjoint et leurs 2 enfants (3 ans et 6 mois) .

Il y a 2 ans, nous faisions découvrir les plages du débarquement et le mignon port de pêche de Courseulle-sur-mer, à l'oisillon. Mais à mon avis, ses souvenirs porterons plutôt sur ses premières fois en cerf-volant et le magnifique manège de chevaux de bois.

Mais cette année, ma demi-soeur par alliance nous a fait découvrir les chambres d'hôtes Au Gré du Vent, situé à Mallevile-Les-Grès en Haute-Normandie. Nous avons tous eu, un coup de coeur pour cet établissement, incontestablement family friendly.

Et le ton est donné dès que l'on arrive voiture, des champs, des vaches et des poneys, le calme pour nous : parisiens stressés...que du bonheur !

Les chambres n'ont pas le style local mais qu'importe, elles sont toutes décorées avec goût sur des thématiques qui nous font retomber en enfance : ambiance pirate, fermière et marine. Elles sont toutes équipées d'une salle de bain ou d'eau privative propre et moderne ET une très bonne literie (pour ceux qui me suivent avec mes soucis de dos et mon côté maniaque du ménage, ce sont des points qui comptent). Les parents d'enfants en bas âge apprécieront, la chambre pirate qui équipée d'une salle de bain avec baignoire, qui a également un plan à langer, une baignoire bébé, et même des rehausseurs de toilette ! Pas besoin non plus de se traîner son lit pliant dans la voiture, quand on arrive tout est là ! Bon il a fallu expliquer à ma fille de bientôt 5 ans, que les jolies céramiques en forme de poule et de vache, et de les jolies pommes sont "juste" de la déco. "C'est quoi la déco ?"... "On ne touche sinon la dame va être fâchée si tu les casses"... Bon c'est vrai que c'est tentant de jouer avec. Alors que justement il y a plein de livres d'enfants et de jeux pour les occuper à disposition !

Donc nous étions 8 adultes, 3 enfants dont 1 bébé. 1 chambre de 2 pour papy et mamie, 1 chambre de 3 pour nous et l'oisillon, et une chambre de 5 pour y loger la famille de ma demi-soeur et ses frères qui ont du retrouver la joie de lits superposées mais très confortables et grands pour 1m80 et 90kg !

Je vous laisse découvrir le détail avec le lien du site : http://augreduvent76.jimdo.com/

A l'arrivée, nous avons droit au petit mot personnalisé de Martine la gentille propriétaire, sur un tableau écrit à la craie, avec même la prévision des marées et de la météo du jour ! La particularité de ce "chambres d'hôtes" est d'avoir une cuisine ouverte sur un grand salon / salle à manger avec télévision commune avec ... un lave vaisselle ! Le matin, Martine est aux petits soins et s'occupe de tout et nous propose un petit-déjeuner fait- maison délicieux. Il nous est donc possible, d'utiliser la cuisine toute équipée si nous sommes las des sandwichs ou des restaurants qui durent une éternité pour les petits bouts.

Très franchement les prestations (nuité + petit déj) sont vraiment haut de gamme et les prix raisonnables par rapport à sa situation et son équipement. Et détail qui compte, les prix sont les mêmes en basse ou haute saison.

Le bord de mer est à peine à 5min en voiture (Veulettes-Sur-Mer), où il est facile de se garer. Les restaurants ont quasi tous vue sur la mer, et nous avons été éblouies par la beauté de la plage...de galets ! Passé ce petit détail qu'il vaut mieux savoir à l'avance (prévoyez les chaussures adaptées pour mériter la mer et le transat pour votre dos) mais les enfants s'en fichent... Il fallait juste dire à l'oisillon ne pas vouloir ramasser tous les "beaux" galets, le petit sac à dos décathlon à 3 euros, n'aurait pas tenu le choc !

D'un bout à l'autre de la plage, il y a de magnifiques falaises faisant penser à Etretat et une promenade aménagée permet une promenade agréable avec enfants et poussette. Bon c'est un peu sport d'amener la poussette au bord de l'eau, et de s'installer confortablement sur la plage, mais quand la mer se retire, il y a des petites zones de sables "exploitables" pour créer son petit spot de bronzage et de châteaux de sables ! Cette année nous avons eu une chance incroyable : soleil, 24 degrés, pas trop de vent, et une eau permettant aux amoureux de la mer de s'y baigner sans complexe et aux catamarans et kite-surfers de faire de belles sorties.

A défaut de se baigner, il est possible de visiter des fermes (mais pas le dimanche en basse saison), des jolis parc de jeux, et un golf-miniature très mignon raviront les enfants. Et point important des toilettes publiques propres sont juste à côté en cas d'urgence !

Samedi soir, belle surprise, nous avons eu la chance d'avoir un petit concert cubain à côté d'une baraque à frites et bières (l'essentiel quoi !) au bord de la promenade. Ils ont eu la bonne idée d'être installé juste à côté d'un mini-parc à jeux sécurisé. L'air de la mer donne soif à l'oisillon, qui m'a sifflée ma bouteille d'eau, heureusement le personnel de la baraque sont super sympas et vous dépanne gracieusement d'un verre d'eau et avec le sourire (on n'a plus trop l'habitude sur Paris). Le dimanche matin, un petit primeur, un poissonnier et une boucherie vous proposent leurs produits frais.

Comme il faisait un temps plus mitigé, nous avons emmené en balade l'oisillon en marche vers la visite culturelle : les bunkers ! "C'est quoi un bunker?" Moi : "Une sorte de maison dans la falaise qui avec le temps a été recouverte par le sable/la végétation, construire à une époque pour surveiller la mer". Pas besoin d'entrer dans le détail à cet âge là. Le bunker, ça se mérite on grimpe un petit peu mais c'est sur des sentiers très bien aménagée, et entretenus. Et sur le chemin, je ne sais pas si c'est voulu, mais il est jalonné par des...mûres prêtes à être cueillies ! Cela a été une bénédiction pour faire avancer l'oisillon (plus motivant que Pokémon go) comme une chasse au trésor alimentaire !

Bref un vrai WE pour décompresser en famille, qui fait du bien après un mois de septembre très intense (rentrée des classe, reprise de boulot).

Je recommande vivement ce lieu à 2h15 de Paris sans bouchon (Nous sommes partis le samedi à 9h30 et rentré à 15h). Mais si c'était à refaire, je partirai le vendredi soir. Mais surtout ne partez pas à 17h ou après dîner pensant que ça roulera mieux, vous mettrez 3h...

Pour sûr, we'll be back !

Voir les commentaires

FIV n°3 et si c'était la bonne ?

3ème FIV (rang pour la sécurité sociale) déjà... Cet oisillon n°2 se fait attendre mais il a l'air d'être motivé. Car YES je couve à nouveau.

Ce n'était pas gagné d'avance. Et c'est un petit warrior comme on aime appeler un embryon qui a réussi à passer le cap du blastocyste. Le parcours d'un embryon n'est pas de tout repos. Pour arriver jusque là, il a fallu à la maman à la quarantaine sonnée, prendre des doses de cheval : 450 ui de Gonalf pendant 9 jours, puis 2 jours de Menopur + Orgalutran avec finalement un déclenchement à J14 et une ponction à J16.

Il a fallu reprendre le chemin des labos et des échographies de contrôle.

  • 5 petits follicules sur la ligne de départ à J6 (c'est peu mais dans la norme à 40 ans)
  • 3 follicules encore dans la course (tailles acceptables et homogènes) à J13 avec un endomètre à 12,2 mm
  • 4 ovocytes ponctionnés et fécondés à J16

​Et c'est reparti pour l'attente interminable pour savoir si les embryons se développent.

Le lendemain de la ponction, je reçois un appel du laboratoire (qui en général ne m'appelle jamais avant la veille du transfert...quand tout va bien) et m'annonce "Mme, sur les 4, il n'en reste plus que 2 et encore ils sont en retard de développement, rappelez demain matin et on vous dira si on a le go pour la culture prolongée (stade Blastocyste)". Aaaargh l'angoisse, je suis effondrée. Purée toutes ces piqûres pour à la fin ne pas avoir d'embryons ???

Je n'arrive pas à me concentrer au boulot, je pleure (la faute aux hormones...ou pas !).

Jour suivant, au réveil je me jette sur mon portable à 7h15 du matin. Doudou est à mes côtés et me tient la main "Je suis Mme ... qu'en est-il de mes embryons ?" Réponse "Il y en a un qui a eu du mal au démarrage mais semble continuer à se développer, on va donc attendre le stage blastocyste, car c'est trop tôt de vous le transférer aujourd'hui, rappeler donc dimanche même heure, et on vous dira si vous pourrez venir pour le transfert". Ouf soulagement, toujours 1 dans la course, c'est un battant, mais il faut qu'il tienne le choc de l'incubateur pendant encore quelques jours, alors que je voudrai tant le couver au chaud en moi... Je prie donc chaque jour pour qu'il s'accroche mon brybry.

Les jours sont interminables, heureusement que la veille, on a vu des amis qui nous ont aidés pour des travaux de salle de bain où les hommes cassent tout et les filles vont faire du shopping.

J'étais avec une amie qui a malheureusement fait une fausse couche récemment, et à cause des hormones éprouve le besoin de racheter des soutifs à sa taille. Je la suis dans les rayons et cabines d'essayage et là une dame me révèle que ma taille de poitrine a évolué (ben tiens à cause du traitement FIV je me dis) : de 85C je suis passée à... 90D ! Allons bon. J'ai donc 2 options qui s'offrent à moi :

Option 1 : je suis pessimiste de toute façon, si je ne suis pas enceinte, je retrouverai ma taille de poitrine après l'arrêt du provames et des ovules de progestérone

Option 2 : allez ma poitrine va grossir autant être à l'aise et me sentir belle dans des sous-vêtements tous neufs. J'ai pris l'option 2.

Ce matin, on y est , le jour de vérité. On appelle le labo, au réveil, on a tous les 2 mal dormis, on se tient la main très fort... "Mme, c'est bon vous allez pouvoir venir, votre embryon a bien rattrapé son retard !". Oooooooh c'est trop bon, on est tellement heureux, il a tenu bon, il est là, il nous attend, il se sait déjà aimé !

Je couve maintenant de notre petit warrior depuis quelques heures. Comme il est au stade blastocyste il devrait ne "nider" d'ici demain au plus tard. Réponse dans 10 jours avec la prise de sang.

Attendre, attendre et encore attendre, croisons les doigts qu'après 6 tentatives (1TEC, 1IAC, 2FIV, 1TEV) bébé 2 soit notre plus beau cadeau pour 2016.

Voir les commentaires

FIV quand faut-il arrêter ?

2016 est pour moi l'année de la dernière chance pour bébé 2. J'ai fait une pause de 2 ans, bien salutaire, pour oublier la spirale des échecs (de véritables deuils) d'une grossesse qui ne vient pas. Avec Doudou nous avons décidé de remettre ça ce printemps.

A nouveau les prises de sang et des échos contrôle, avec la peur que les résultats ne démontrent encore une fois que l'espoir est mince, mais on essaye d'y croire.

Pourtant on y croyait, malgré les embuches :

  • J'ai oublié d'acheter mon traitement le jour J de stimulation
  • J'ai fait 3 pharmacies pour trouver le gonalf dispo
  • J'ai refait 2 pharmacies parce qu'il n'y en avait pas assez (certains praticiens ne savent pas lire une ordo!)
  • J'ai du embarquer mes seringues en déplacement et expliquer cela lors des contrôles en aéroport

Et j'avais les bonnes ondes de mes amies fiveuses ou non, le soutien plein d'amour de mes proches, et surtout un endomètre de compétition.

A la première écho : 5 follicules (ce n'est pas beaucoup mais finalement la norme pour 40 ans)

A la deuxième : ils sont toujours dans la course

A la troisième : ils ne sont plus que 3 mais mon endomètre est à 12mm et les dosages en phase

Le jour J de la ponction : 4 ovocytes matures prélevés et fécondables

Et aujourd'hui, le labo m'annonce : il n'y en a plus que 2 dans la course, mais ils n'évoluent pas régulièrement, je dois rappeler demain matin, mais il y a peu de chances.

Je suis effondrée. Peut-être que les hormones y sont aussi pour quelque chose. J'essaye de me blinder, je sais que les statistiques sont contre moi et que j'ai déjà la chance d'avoir ma fille. Faut-il me résoudre une bonne fois pour toute de ne pas avoir un 2e oisillon ?

Juste avant de démarrer la stimulation, je disais à Doudou " Dernière essai, j'en ai marre, c'est crevant et stressant" . Mais à chaque essai, on souhaite que notre volonté soit plus forte que Mère nature. Car seule, elle décide au final.

Alors... Est-ce que je veux aller au bout de cette FIV n°3 ? Tenter le transfert même pour un embryon qui aurait peu de chances de se développer selon les médecins si demain j'en ai encore au moins 1 dans la course ?

Un médecin à l'hôpital Cochin chargé des études sur les FIV, avait dit à Doudou : "après les 40 ans, faites l'amour à votre femme, vous avez autant de chances qu'une FIV et c'est plus agréable !" . Oui peut-être c'est ça la solution arrêter de croire que seule la FIV peut nous donner notre 2e enfant.

Voir les commentaires

Les vacances au Club : le paradis des ... parents !

Je fais partie de ces enfants qui n'ont pas eu la chance de partir durant les vacances chez les grands-parents vivant au bord de la mer ou à la campagne.

Mes parents commerçants travaillaient durs durant l'année et s'autorisaient 2 semaines de vacances à l'étranger en club. Et pas le moindre le club Med ! Durant les années 80's c'était vraiment l'archétype de la comédie des Bronzés, mais étrange qu'il n'ait pas encore fait un spin-off version du point de vue des enfants !

Donc je m'ennuyais ferme durant le reste de l'année car à cette époque pas de consoles très élaborées à part quelque jeux électroniques de poche phares, c'est avec ma collection de mix-tape que les jeunes du 21e siècle ont découvert dans le film des Gardiens de la Galaxie, mon walk-man et ma collection de BD Boule et Bill, Gaston Lagaffe et mon abonnement à la bibliothèque, que j'ai passé le plus clair de mon temps. Eh oui, lire, écouter et attendre les vacances avec mes parents...

Bref, 2 semaines avec mes parents que je voyais pas le reste de l'année...enfin presque. Mes parents trop heureux de se retrouver me collaient au club enfant. Moi fille unique en manque de vie en société j'adorais, libre d'aller et venir, de faire des jeux, d'avoir de nouveaux copains c'était le top. Je bougonnais lorsqu'il me fallait quitter cette nouvelle indépendance pour dîner avec eux. Je ne comprenais pas pourquoi alors que pendant l'année ils ne s'occupaient pas trop de moi (ma grand-mère me gardait tous les soirs), ils souhaitaient maintenant passer du temps avec moi. Ils étaient heureux de ne pas penser à faire les courses, la cuisine etc... Avec un oeil d'enfant on ne se rend pas compte du temps que cela prend et de la concentration qu'il faut pour gérer ce quotidien.

Il y a 2 ans, nous avons passé 2 semaines entières avec l'oisillon en camping. Il y avait quelques jeux pour enfants et on se disait peut-être elle pourra se faire des copains de vacances. Mais nous avons constatés que les moments de convivialité avec les autres résidents étaient plutôt rares. Mais nous étions souvent en vadrouille en quête d'activités familiales à faire et donc beaucoup de route.

L'été dernier et sur les conseils d'une collègue. Nous sommes partis en hôtel-club avec Bellambra. Alors que la France entière souffrait de la canicule, le bon plan était des vacances en montagne. Bon, cela très bizarre à 8h du matin que le thermomètre indique 26°C à 1000m d'altitude mais les nuits étaient suffisamment fraîches pour dormir.

Nous avons eu quelques scrupules au départ de laisser notre fille au club : d'abord un demi-journée puis 1 journée. Et pendant cette journée, nous avons fait une très belle ballade randonnée avec un guide et d'autres parents qui apparemment n'en étaient pas à leur premier essai et qui nous ont bien fait comprendre que le club c'est le top pour les parents et pour les enfants. On profite chacun dans son coin de vacances très riches et on est content de se retrouver détendus sans avoir à faire les courses et la cuisine. Bref, la meilleure randonnée réalisée depuis ma grossesse. Effectivement, nous avions bien apprécié et notre fille était très contente de nous retrouver pour aller passer un moment ensuite à la piscine ou jouer dans l'aire de jeux sous notre surveillance bienveillante. Le top du top c'était pour l'oisillon son 1er spectacle sur scène où j'ai découvert le talent de mon poussin qui est super à l'aise et a le rythme dans la peau, et pour moi la possibilité de découvrir la zumba !

Certes cela a un prix, mais cela coûte moins cher sur une semaine que d'avoir une baby-sitter Le prix comprendre le luxe de passer du temps en tête à tête avec sa chère moitié, être détendue, et ne penser qu'à s'amuser loin des contraintes quotidiennes.

Forts de cette belle expérience, nous allons retenter la formule mais la montagne cette fois en hiver en mars prochain et afin que Doudou puisse prendre son café en caleçon si ça lui chante le matin, nous avons pris cette fois un studio avec l'option éventuelle d'aller au restaurant du club. Espérons qu'ils auront des skis roses, des chaussures roses et un casque rose...

Voir les commentaires

Ma fille ne veut mettre que des robes !

Allons bon... tous les matins depuis quelques mois c'est le même cirque quand le papa qui a prépare veut lui mettre un pantalon (car pas très à l'aise avec les robes mais surtout avec les collants...) : "Naaaaaan, je veux une roooooobe... Mamaaaaaan !" La dite maman qui souhaite sous la couette avoir quelques minutes de sommeil, n'en peut plus... Et c'est les yeux à moitié fermé que je finis une fois sur 2 par céder et lui mettre une robe. Enfin, je veux dire si :

1/les robes ne sont pas toutes au sale

2/j'ai des collants propres à dispo et à sa taille (eh oui l'oisillon a quand même pris 5cm cet été)

3/elle me le demande sans hurler (non mais!)

Il faut dire que je tournais jusqu'à la semaine dernière avec 1 jupe et 2 robes de saison donc ça limitait forcément les combinaisons possibles. Ouf le redoux est arrivé donc, j'ai pu lui remettre quelques robes d'été avec de bons gilets (oups, ceux là aussi je n'en avais pas à sa taille).

Qu'il était bon le temps où elle ne se souciait pas de son apparence, où elle acceptait docilement que je l'habille comme je voulais. Compte tenu de son caractère de garçon manqué, cela m'allait bien que lui mettre des pantalons, jeans, jeggings etc... Ben non, je dois m'y faire, elle commence à devenir coquette.

Et elle a ses vêtements préférés, je lui avais trouvé par hasard un petit gilet style "preppy" que je trouvait mignon, et réaction pas du tout anticipé elle veut le mettre tout le temps !!! Euh oui mais comment te dire mon poussin, il faut le mettre à la machine quand même !

Cela m'amuse un peu je l'avoue de jouer un peu à la poupée à la rechercher de petites tenues qui lui vont si bien. Car de nos jours, il y a un progrès non négligeable pour toutes les morphologies d'enfant.

Pour reprendre une ritournelle réac "De mon temps, ce n'était pas pareil". Moi grande asperge plus haute d'1 tête par rapport à tous mes camarades, j'étais très maigrichonne et j'ai grandi avec toutes les difficultés du monde à m'habiller durant mon enfance. Surtout que j'ai du porter le bleu marine : code vestimentaire uniforme jusqu'au lycée en plein dans les années 80's où les couleurs pop étaient à la mode. Donc les séances shopping avec mes parents c'était : "c'est bleu marine on prend". Autant dire que je ne ressemblais pas à grand chose avec des vêtements : 1/pas de mon temps 2/pas à ma taille 3/de couleur plutôt sinistre.

Avec l'expérience (ma jeune expérience) de maman, j'ai fini par repérer les marques qui permettait d'avoir des vêtements saillants pour mon oisillon toute menue.

Verbaudet est la palme pour des vêtements à la mode pour toutes les morphologies et à prix raisonnable avec la réduction régulière de -20% quand on achète par correspondance. Tous les pantalons est en morphologie fin que je les achète chez eux. Car malgré les élastiques fournis chez d'autres marques, j'aurai beau les serrer à fond, faut s'y faire, ma fille de 4 ans, met encore des culottes en 2 ans qu'elle n'arrive toujours pas à remplir !

J'aime aussi la marque DPAM pour leurs vêtements donc les matières sont agréables et les coupes faites pour évoluer avec la croissance des enfants. Et les chaussures qui lui tiennent bien le pieds.

Sergent Major aussi est une marque de référence, au style un peu plus bourgeois mais les pyjamas sont super confortables et bien coupés.

Ma fille est fan de l'émission Reine du shopping ! Qu'elle a appris à connaître avec ma mère durant les jours où je la confiais : elle me réclame d'ailleurs "tu peux mettre "ma chérie" à la télé" pour m'indiquer qu'il est l'heure de regarder comment ne pas faire de fashion faux pas de la papesse de la mode Cristina Cordula ! Et je la crois incollable à son jeune âge sur les différentes morphologies. Mon poussin est bien une morpho en V, donc en bonne maman que je suis, j'essaye de lui trouver ce qui lui va bien.

Mon bébé n'est plus un bébé, elle devient une petite jeune fille qui veut faire comme ses copines, elle veut être acceptée dans la cour de récréation et se distinguer des garçons, plus bruyants, plus chahuteurs et qui font "plein de bêtises". Alors je soupçonne que c'est la raison pour laquelle elle me réclame de mettre des robes/jupes tous les jours.

Elle se construit une identité, celle pour être acceptée en société. Cependant elle cultive son côté "fille oui mais pas chochotte", quand lors de la sortie d'Halloween de tous les déguisements, elle a décidé de se déguiser en "Cowboy" avec une moustache s'il vous plait ! Ou encore à son anniversaire "Papa je peux me mettre la robe d'Anna (de la Reine de Neige)... avec du maquillage!" Super... Sur les photos de l'anniversaire des 4 ans de ma fille : elle porte ... une moustache !!! Merci le papa... Bah !

Voir les commentaires

Etre maman à 40 ans... arrêtons l'illusion !

Les mois ont défilés et je m'y fais, j'ai 40 ans... Même si mes gentils jeunes collègues du travail ou mes nouvelles rencontres disent que je ne les fais pas du tout. J'ai pris un coup de vieux sans contexte. Etre une maman à 40 ans, ce n'est pas ce que vous vendent les magazines que ce soient avec les stars ou les témoignages triés sur le volet pour vendre le fantasme que l'on peut repousser l'âge de la grossesse parce qu'on paraît plus jeune grâce à une bonne hygiène de vie ou les cosmétiques. Arrêtons l'illusion. Tout n'est pas comme un rêve.

Il y a les belles théories machos : vous avez un enfant et sur le tard, alors assumez votre vie de famille ! Et vous, vous jonglez au sens propre comme au sens figuré.

En discutant avec mon entourage de jeunes et moins jeunes mamans qu'elles soient cadres, fonctionnaires ou mère au foyer, Oui !!!! On essaye de trouver des solutions comme de déléguer le ménage, les courses, garde d'enfants, Et même si les papas font leur part (plus ou moins maladroitement mais ils s'y mettent encourageons-les !), subsiste encore un côté d'insatisfaction.

Finalement ce n'est pas une question d'âge et ou de bébé. A 40 ans on a plus de mal pour récupérer les lendemains de soirées tardives que la cause soit familiale (ma fille fait des cauchemars ou a perdu sa tétine à 3h du matin...) soit festive (ce serait mieux si cela arrivait plus souvent et pas uniquement au Nouvel an !)...Et où sont passées les nuits blanches pour cause d'activités nocturnes sans le risque d'entendre un "paaaaapaaaa ou maaaaamaaaan ..." couper net ses envies de câlins futurs et même d'en faire un 2e qui multiplierait pas 2 statistiquement de limiter ces moments d'intimité devenus si rares ?

Mais il y a de bonnes choses que donne l'âge : la sagesse de connaître ses limites, de ne pas se donner entièrement pour tout, apprendre à être égoïste et dire non sans culpabiliser, accepter d'être imparfaite, de décevoir peut-être. Qu'importe on reconnaît les personnes qui nous apprécient telles qu'on est : avec nos failles et nos faiblesses ... notre humanité après-tout !

PS : Je dédie cet article à ma meilleure amie qui vient de m'apprendre sa 1ere grossesse, arrivée tout juste avant ses 41 ans, de façon si naturelle avec son chéri rencontré il y a seulement 1 an (et déjà papa de 2 enfants). Tout ne sera pas facile. Mais le sourire ou le rire d'un enfant et la fatigue s'envole c'est magique je te promets).

Voir les commentaires

Théâtre pour enfants à partir de 3 ans

Théâtre pour enfants à partir de 3 ans

Il est vrai que depuis que l'oisillon a fait son entrée dans la cour des grands (Crèche/maternelle), elle a découvert un autre univers que le cocon familiale. Il y a régulièrement des sorties scolaires et donc des "Pestacles" comme aime si joliment dire mon oisillon. Et maman oiseau a décidé de sauter le pas et de l'emmener sur la capitale (SANS POUSSETTE) et d'emprunter le mode de transport qui s'impose lorsqu'on va au coeur de Paris depuis la banlieue : le Transilien ! Donc à partir de 3 ans et demi c'est le bon âge et c'est possible...

J'étais hyper motivée en ce début d'année et j'ai du trouver un créneau dans notre planning chargé et constater que les activités de WE se remplissent à une vitesse folle. Donc voici mes critères :

1/trouver un spectacle de théâtre pour les moins de 3 ans à moins de 10 euros, car à 3 ça monte assez vite et puis on s'inquiète et si le poussin n'aimait pas ou demandait à sortir au milieu du spectacle ??? Ben on est marron avec les 30 euros claqués pour rien...

2/accessible facilement en transport et donc éviter que cela devient une expédition

3/dans une salle à taille humaine pour ne pas trop impressionner l'oisillon

4/convaincre Doudou (qui lui n'aime pas des masses les bains de foules...) de monter sur Paris pour 1h de théâtre.

PS : finalement il a déclaré forfait pour grosse grippe !

J'ai donc trouvé le spectacle et la salle idéale : "Inspecteur Toutou" au théâtre du Guichet Montparnasse. Inter-actif, drôle, une grande proximité avec les acteurs où les enfants rient aussi forts que les parents avec les références aux "classiques" des contes de notre enfance.

L'oisillon était super sage au premier rang comme la plupart des enfants (les parents sont assis derrières), à l'aise et même je dirais perplexe quand la scène prend vie...

Le spectacle dure 50min et on ne voit pas le temps passer. Bon point les acteurs distribuent bonbons et acceptent les photos selfies sans souci.

Il faut prévoir de venir 15min avant le début pour faire la queue (pas très longue vous conviendrait puisqu'il y avait 50 places (au placement libre). Si on arrive très avance, il y a un petit parc à jeux à 2min pour ne pas stationner sur le micro-trottoir avec nos enfants bien excités...

Dans le cas où vous avez hyper en avance comme maman-hirondelle qui ne veut pas risquer de courir, il y a un manège (2,5 euros le tour/10 euros les 6) entre la gare et la Tour Montparnasse pour patienter également.

Enfin, pour finir votre escapade touristique, il y a la magnifique vue du haut de la fameuse Tour où les enfants pourront courir en toute sécurité, pendant que les parents admirent la vue (commandez le soleil et sans vent, si possible, c'est mieux!).

En rentrant à la maison, Doudou demande si l'oisillon s'est bien amusé? Elle a pris le train, (et vue pleins de trains), vu un pestacle, a fait du manège, joué à la balançoire, eu des bonbons...

Chouette sortie non ?

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>